BIRA 50 jaar
Deze website in het Nederlands bekijkenView this website in English Zoeken

ExoMars

En 2009, l’ESA et la NASA décidèrent d’effectuer une mission conjointe vers la planète Mars. Cette mission, nommée ExoMars, comportait deux volets:

  • un satellite et un module d’atterrissage de démonstration seraient lancés en 2016
  • un module d’atterrissage équipé d’un robot mobile (rover) partirait en 2018.

L’objectif principal de la mission : rechercher des traces de vie présente ou passée sur Mars.

Fin 2012, la NASA dût se retirer du projet ExoMars pour des raisons financières.  En mars 2013, l’agence spatiale russe ROSCOMOS saisit l’occasion.  Le but et le concept de la mission seraient maintenus et les instruments américains prévus initialement dans la charge utile remplacés par des instruments russes.

 

Exomars Mission Overview

La mission de 2016 comprend donc:

  • Le satellite orbitera autour de Mars afin d’étudier son atmosphère, à la recherche de méthane et d’autres gaz qui pourraient indiquer de la vie ou de l’activité géologique, tel le volcanisme.  Il sera également utilisé pour repérer la meilleure zone d’atterrissage pour le rover qui arrivera deux ans plus tard.  
  • Le module d’atterrissage de démonstration a été nommé Schiaparelli d’après le scientifique italien du 19ème siècle Giovanni Schiaparelli qui contribua à notre connaissance de la surface de Mars. 

    L’atterrisseur Schiaparelli permettra de tester de nouvelles technologies, utiles à la mission de 2018, par exemple le système de parachute.  A son bord, Schiaparelli aura quelques instruments qui feront des mesures lors de la descente dans l’atmosphère de Mars ainsi qu’après son atterrissage à la surface.  Compte tenu de la durée de vie limitée des batteries à son bord, Schiaparelli ne pourra pas faire des mesures très longtemps. 

A partir de 2019, le satellite servira de relais de télécommunication pour le rover et pour les futures missions sur Mars. Le lancement du rover sera effectué en 2018. Le robot sera équipé d’une foreuse permettant de creuser jusqu’à 2 mètres de profondeur. Il recherchera des traces de vie à la surface et dans la sous-surface.

 

En lire plus:

 

Link naar de website van het Federaal Wetenschapsbeleid
Link naar de Federale Portaalsite